Ça cause

2013


Ça cause du temps
tant et tant
Ça cause de toi de moi d'eux et de tout çà
Ça parle de la vie
De la pluie
des oreillers et d'la Vodka
Y'a un peu de Bali, de New York et de Paris
Ça parle d'amour de beaux sentiments
De rancœur de jalousie et d'la nuit
ça chante la mélancolie
L'espérance et la mort
Ça raconte des p'tits riens
Qui font l'tout
un p'tit refrain qui trotte
En rond
des cercles
Quand on s'y frotte

A ma fenêtre

2014

la fenêtre est ouverte
le vent joue des couleurs d' automne
instabilité tournoyante
danse
sans savoir sur quel pied
incertitude chronique
de rien
de tout
du tout
de nous
Changement de saison
en équilibre
jongler sur les cimes
s'accrocher aux branches
Virevolte virevolte
dans ce désert annoncé
manège vital
sans lutte ni rancune

La mousse

A Paris. 2013

Assise en terrasse à siroter ma mousse
J'entends les bribes de voix
Bribes de vie
Les regards facétieux curieux
Et même inquiets
J'les vois passer mes contemporains
Comme le temps qui passe
Ils volent
S'envolent
Les klaxons parisiens
Font résonner la nuit
Et j'me dis
Que c'est un p'tit paradis
Que derrière les visages
Derrière les enveloppes
Résonnent les âmes
Et le Vrai aussi.

Elle marche


Elle marche maintenant
elle regarde autour d'elle
observe le vivant
retrouve jolis les instants
elle a sorti son âme
se nourrit de celles des autres
étrange vampire des nouveaux temps
elle met en boîte dans sa tête
les rues, les gens
les ombres et les lumières
les sourires et les regards d'enfants
qu'il est bon ce vent printanier
par lequel le nouveau revient
par lequel le renouveau devient
elle marche tranquillement
tout lui souffle la légèreté
suicide inversé
elle a sorti son âme
happe ces effluves inconsistants
étrange vampire des nouveaux temps

Intime


Exploration de la part féminine
du sensible
du secret
du tactile
du léger
du profond
du céleste
du vaporeux
exploration intime et puissante
de la part de femme
de petite fille
de mère
et d'amie
retour à la force racine
retour à la vie

Lunaire


Lunaire
D'une énergie pâle
Capable de provoquer des marées 
monter
descendre
sans cesser
D'une force mélancolique 
Et de ses songes d'absolu
On la voit quand vient la nuit
pleine et rassurante 
Mais elle n'est en fait
que parts d'ombres brûlantes
faite de trous béants et de poussières grises
d'attentes infinies et de peurs cicatricielles
cachées derrière cette royale attitude
A la fois constance et absence
Là et déjà d'ailleurs.

Using Format