aux heures perdues 

mars-avril-mai 2020 


Confinée dans mon appartement nantais, je jongle avec les émotions : la peur, la colère, ce sentiment d'inutilité et l'espoir d'un renouveau.  

Les nuits et les jours passent, je me sens privilégiée de passer du temps à contempler le silence et le printemps qui arrive malgré tout. 

Je livre, dans le huis clos de cet espace, en me mettant en scène ou avec la Nature, une vision émotionnelle et poétique  de ces moments.

Using Format